Canada markets closed
  • S&P/TSX

    18,060.26
    -163.28 (-0.90%)
     
  • S&P 500

    3,811.15
    -18.19 (-0.48%)
     
  • DOW

    30,932.37
    -469.64 (-1.50%)
     
  • CAD/USD

    0.7851
    -0.0088 (-1.11%)
     
  • CRUDE OIL

    61.66
    -1.87 (-2.94%)
     
  • BTC-CAD

    59,946.38
    +712.76 (+1.20%)
     
  • CMC Crypto 200

    912.88
    -20.25 (-2.17%)
     
  • GOLD FUTURES

    1,733.00
    -42.40 (-2.39%)
     
  • RUSSELL 2000

    2,201.05
    +0.88 (+0.04%)
     
  • 10-Yr Bond

    1.4600
    -0.0580 (-3.82%)
     
  • NASDAQ

    13,192.35
    +72.92 (+0.56%)
     
  • VOLATILITY

    27.95
    -0.94 (-3.25%)
     
  • FTSE

    6,483.43
    -168.53 (-2.53%)
     
  • NIKKEI 225

    28,966.01
    -1,202.26 (-3.99%)
     
  • CAD/EUR

    0.6499
    -0.0013 (-0.20%)
     

Un projet résidentiel fait des vagues à Cowansville

·5 min read

Le développement du Quartier Papineau, à Cowansville, sur la planche à dessin depuis huit ans et accéléré avec l’arrivée de Gestion Terrart il y a un an, est sur le point de voir le jour. Les travaux pour l’emprise de la rue sont commencés. Par contre, le projet ne fait pas le bonheur des voisins de la rue Vilas, qui perdront le boisé comme voisin arrière et qui craignent que le dynamitage cause des dommages à leur résidence.

André Coderre raconte avoir été avisé du projet par un message laissé sur le répondeur à la maison, l’avisant que du dynamitage allait être nécessaire. Il aurait aimé une meilleure communication de la part de la Ville et du promoteur dès l’été 2020 alors qu’un changement de zonage a été autorisé.

La consultation publique a été réalisée par écrit du 19 juin au 4 juillet. Le règlement de zonage a été adopté en août et il est en application depuis septembre. La période choisie pour consulter la population, en pleine période de vacances estivales, ne passe pas pour M. Coderre.

«Je les avais rencontrés il y a deux ans. Je leur avais dit que c’était un sujet sensible, relate-t-il. Qu’on soit averti sur nos boîtes vocales qu’il allait y avoir de la dynamite, on trouve ça inhumain et on trouve que ça manque de finesse.»

Ce qui lui déplait est autant le dynamitage que la construction future de triplex jumelés — deux triplex collés l’un à l’autre — en arrière de sa maison construite dans les années 60.

Le nouveau zonage prévoit la construction de triplex et de sixplex de deux étages entre les rues Vilas et d’Ottawa et de trois étages sur la nouvelle partie de la rue d’Ontario, qui sera prolongée jusqu’au boulevard Louis-Joseph-Papineau.

«Oui, tout a été fait dans les règles, mais c’est un manque de valeur et de respect, juge le citoyen. On sent que les gens de la Ville ont pilé sur leurs valeurs environnementales.»

Une action très contrôlée

Tant la Ville que le promoteur se veulent rassurants à propos du dynamitage, qui débutera en février. «Le dynamitage, c’est quelque chose d’extrêmement contrôlé, soutient Hugues Ouellette, directeur général et associé chez Gestion Terrart. La firme qu’on a mandatée en fait depuis des dizaines d’années et ces travaux-là sont normés.»

Une firme externe, qui n’a pas de lien avec le promoteur ni avec la compagnie d’excavation, fera l’inspection des structures de toutes les propriétés situées dans un certain rayon autour de la zone de dynamitage. M. Ouellette explique qu’ils vont déterminer les risques, inspecter les fondations, prendre des relevés des infrastructures et des rues avant de remettre un rapport écrit et vidéo.

Des détecteurs de monoxyde de carbone seront installés dans ces propriétés. Le dynamitage peut libérer des gaz qui, normalement, ne s’infiltreront pas dans les maisons voisines. Les détecteurs serviront si ça survient. «C’est très rare que ces détecteurs-là se déclenchent», assure-t-il.

Les travaux de dynamitage devraient durer entre cinq et six semaines, de jour et la semaine.

Gestion Terrart souhaite faire les travaux de dynamitage dans la même période pour éviter d’avoir à recommencer toutes les étapes précédentes à de nombreuses reprises, mais aussi pour limiter la période de bruit et de transport de poids lourds.

Quant au volume de roc à retirer, il est encore indéterminé. Des travaux de déboisement et de nivellement sont nécessaires avant de pouvoir faire des relevés, ajoute le promoteur, qui est aussi derrière le projet Arborescence à Bromont.

Déboisement

Le déboisement déplait aussi aux citoyens du secteur, selon André Coderre.

«On les comprend, assure M. Ouellette. Il n’y a rien qui se fait sans que ce soit réfléchi. Il y a toujours des raisons pourquoi on coupe des arbres. On ne se lève pas le matin avec l’envie de couper des arbres.»

Il se dit convaincu de la valeur d’un arbre, pour l’environnement, mais aussi pour la valeur d’un terrain résidentiel. Par contre, la différence de niveau entre la rue Vilas et la future rue McDermott, en construction, nécessite des travaux de déblais-remblais, et donc d’enlever des arbres.

«Ce qu’on propose de faire, c’est qu’au fur et à mesure qu’on avance, on va déterminer si un arbre doit être enlevé ou s’il peut être conservé.»

Les stationnements seront par ailleurs sur le côté des immeubles pour permettre une meilleure conservation des arbres en arrière lot ou un reboisement.

En contrepartie, dans ce projet, la Ville de Cowansville est propriétaire de deux zones de conservation, dont la superficie combinée est d’environ 149 000 mètres carrés. Un sentier sera éventuellement aménagé dans une de ces deux zones.

Densifier plutôt que de s’étaler

Gestion Terrart prépare les terrains qui seront vendus à des entrepreneurs qui construiront les immeubles à logements. La presque totalité de ces lots a été vendue.

Le projet du Quartier Papineau compte 65 lots pour environ 350 logements.

«Le marché du multilogements est très fort, très recherché, souligne Hugues Ouellette. Le jumelé est moins fort. On s’adapte toujours au marché. En développement immobilier, si on veut faire du développement durable, c’est en faisant un meilleur usage du terrain pour éviter l’étalement urbain. Alors on a décidé de densifier.»

Selon lui, la demande en locatif est très forte à Cowansville, qui est en pleine croissance.

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local, La Voix de l'Est