Canada markets open in 3 hours 15 minutes
  • S&P/TSX

    18,125.72
    -194.95 (-1.06%)
     
  • S&P 500

    3,768.47
    -51.25 (-1.34%)
     
  • DOW

    30,924.14
    -345.95 (-1.11%)
     
  • CAD/USD

    0.7863
    -0.0035 (-0.45%)
     
  • CRUDE OIL

    64.94
    +1.11 (+1.74%)
     
  • BTC-CAD

    60,182.59
    -2,699.17 (-4.29%)
     
  • CMC Crypto 200

    947.11
    -40.10 (-4.06%)
     
  • GOLD FUTURES

    1,691.40
    -9.30 (-0.55%)
     
  • RUSSELL 2000

    2,146.92
    -60.87 (-2.76%)
     
  • 10-Yr Bond

    1.5500
    0.0000 (0.00%)
     
  • NASDAQ futures

    12,426.50
    -28.50 (-0.23%)
     
  • VOLATILITY

    28.33
    +1.66 (+6.22%)
     
  • FTSE

    6,659.47
    +8.59 (+0.13%)
     
  • NIKKEI 225

    28,864.32
    -65.79 (-0.23%)
     
  • CAD/EUR

    0.6590
    -0.0002 (-0.03%)
     

COVID-19: «restez à la maison», demande Doug Ford en 22 langues

·1 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Combien de langues faut-il pour faire comprendre à la population l’importance de rester à la maison afin de réduire la transmission de la COVID-19? Pour Doug Ford, la réponse est 22.

C’est le nombre de langues que Doug Ford a utilisées, dans une publication sur Twitter faite jeudi, pour propager à nouveau ce message simple: «Restez à la maison».

Après avoir été vivement critiqué pour la complexité des nouvelles mesures sanitaires imposées en Ontario le 13 janvier dernier, le premier ministre ontarien Doug Ford s’était défendu en affirmant qu’elles ne sont pas si compliquées et que la mesure la plus importante est de rester à la maison.

Il l’avait même répété en français, langue qu’il ne parle pas mais qu’il a promis d’apprendre.

Cette fois-ci, c’est en cantonais, mandarin, italien, russe, polonais et en espagnol, entre autres, qu’il a martelé le message.

Le premier ministre Ford a fait cette publication alors que la province fait état jeudi d'un nouveau bilan de 2 632 infections quotidiennes à la COVID-19 et déplore 46 décès liés au virus survenus au cours de la dernière journée.

À LIRE AUSSI: COVID-19: encore des problèmes de traduction en Ontario

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit